Réglementation gmrcn : plusieurs objectifs pour offrir une alimentation saine

La législation française prend au sérieux tout ce qui concerne l'alimentation. Le décret INCO ou l'information des consommateurs sur les denrées alimentaires adoptés au niveau européen en est un exemple. Les produits sous emballages sont maintenant obligés de fournir des informations précises et complètes les concernant pour permettre aux consommateurs d'avoir une traçabilité sur les denrées dont ils ingèrent aux quotidiens. Le décret INCO exige également l'affichage de la présence d'un des 14 allergènes dans un produit de consommation. La relation entre les clients et les compagnies oeuvrant dans le secteur alimentaire sont renfoncées avec l'INCO. Mais il existe aussi un organisme qui se nomme GEMRCN qui veille aux grains pour le bien des consommateurs.

Plus d'informations sur le GEMRCN

Le Groupement d'Étude des Marchés en Restauration Collective et de Nutrition ou GEMRCN est un groupe qui vise à améliorer la qualité de repas proposés dans la restauration au sein des groupes sociaux. C'est en 1999 que né le GEMRCN et depuis, il a continué à évoluer progressivement pour toujours répondre aux attentes des consommateurs au fil des années. Il fut créé à cause de l'augmentation de l'obésité et du surpoids jeune et des adultes. À noter que ce sont des phénomènes qui surviennent lorsque l'indice de masse corporelle est supérieur à 25. Les individus consomment des nourritures riches en calories, puis ces derniers s'accumulent pour former des tissus adipeux entre la peau et les muscles. Le surpoids et l'obésité entrainent diverses pathologies pour l'homme à l'instar du diabète, instabilité de la pression artérielle, trouble respiratoire ou encore maladie cardiovasculaire. Sans oublier que les individus souffrant de l'obésité sont souvent victimes de discrimination au niveau de la société. Le Groupement d'Étude des Marchés en Restauration Collective et de Nutrition est aussi un des acteurs principaux du Plan National pour l'Alimentation, ainsi que du Programme National Nutrition Santé.

Les objectifs à atteindre du GEMRCN

Il y a 5 grands points qui motivent les actions du groupement. Le premier point est de faire augmenter la ration quotidienne de fruits, de féculents et de légumes. Manger 5 fruits et légumes est une opération facile à réaliser, mais qui peut être bénéfique pour la santé. Ensuite, les aliments actuels sont conçus avec un riche apport en lipides. La réglementation gmrcn vise à diminuer la consommation de lipide pour offrir une hygiène alimentaire saine et stable. D'ailleurs, la consommation excessive de lipide est l'une des sources de l'accumulation de graisse dans le corps et engendre progressivement l'obésité. L'un des buts du groupe est aussi offrir une alimentation qui sera pauvre en glucides simples. Le fer est un élément pour l'homme, c'est pour que l'augmentation de consommation de fer figure dans la priorité de GEMRCN. C'est pareil pour les apports quotidiens en calciques.

Ces objectifs sont accompagnés par un contrôle des grammages ainsi que des fréquences dans les objectifs concernés. Des professionnels sont aussi disponibles pour octroyer des recommandations sur l'utilisation des sauces, pains, eau et sel dans les cantines. Toutes les compagnies offrant un service de restauration pour plusieurs convives sont concernées par la réglementation gmrcn.

Historique de la réglementation gmrcn au fil des années

Le Groupement d'Étude des Marchés en Restauration Collective et de Nutrition devient obligatoire dans les infrastructures proposant de mets collectifs le 1er juillet 2013. On peut citer comme exemple les établissements accueillant les enfants âgés de moins de 6 ans dans les garderies et crèches. Il y a aussi les établissements pénitentiaires, universitaires, sociaux ainsi que les cliniques et les hôpitaux. Les restaurants dans les écoles proposant les cantines sont obligés d'adopter le GEMRCN en septembre 2012. Les services de cantine scolaires proposant plus de 80 couverts au quotidien sont incités par la législation en octobre 2011. Beaucoup de changements se sont opérés en 2013. Le premier mois de janvier a été destiné pour répondre aux questionnaires sur l'instauration du décret 2011-1227. Le communiqué de listes de cantines scolaires les plus mauvaises de France à été publié en mars. C'est en août 2013 qu'il encore reçu une nouvelle mise à jour. D'importantes recommandations sont encore ajoutées en août 2015 avec la présentation des six fiches thématiques important. Cela concerne les plats riches en protéines, les produits dérivant du lait, la petite enfance, le milieu scolaire, personnes âgées ainsi que le milieu carcéral.